Les syndicats en région
Accueil > Actualités > Pesticides néonicotinoïdes et santé humaine.

Pesticides néonicotinoïdes et santé humaine.

18 décembre 2013

Réaction de l’Union Nationale de l’Apiculture Française suite à l’annonce de l’EFSA sur les risques de deux néoniconinoïdes pour la santé humaine.

Pesticides néonicotinoïdes et santé humaine. Téléchargez le dossier complet pour un tableau d’usage des néonicotinoïdes.

Dans un communiqué du 17 décembre 2013 [1], l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) déclare que « deux insecticides néonicotinoïdes – l’acétamipride et l’imidaclopride – peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain ».

L’Union Nationale de l’Apiculture Française s’inquiète de ces conclusions qui démontrent une fois encore que les abeilles ne sont pas les seules victimes de ces molécules. Ces insecticides, mis sur le marché sans une évaluation appropriée, ont provoqué une hécatombe chez les insectes pollinisateurs et les apiculteurs demandent depuis les « années Gaucho » l’interdiction de ces produits.

En avril 2013, suite aux avis de l’EFSA pointant du doigt des effets inacceptables sur la santé des abeilles, la Commission européenne a suspendu partiellement l’usage de trois néonicotinoïdes : le thiaméthoxam, la clothianidine et l’imidaclopride. La mesure est entrée en vigueur au 1er décembre 2013 mais ces molécules restent autorisées sur de très nombreuses cultures comme l’arboriculture ou le blé (voir tableau). A titre d’exemple, en 2012, un tiers des surfaces françaises de céréales à pailles étaient enrobées à l’imidaclopride.

Deux autres néonicotinoïdes sont autorisés en Union européenne : l’acétamipride et le thiaclopride. Contrairement à ce qui était initialement prévu, ils n’ont pas fait l’objet d’un avis de l’EFSA quant à leur impact sur les abeilles. Et pour cause, l’EFSA n’a pas été saisie sur ces deux molécules par les décideurs européens. Ces dernières sont aussi très largement utilisées en agriculture (voir tableau).

Plusieurs comparatifs entre les rendements des cultures et l’utilisation des néonicotinoïdes ont récemment montré que ces produits n’impactent pas de manière significative les rendements [2].

Pour Olivier Belval, Président de l’Union Nationale de l’Apiculture Française « Les preuves de la toxicité de ces pesticides s’accumulent. La France doit montrer l’exemple en interdisant définitivement l’ensemble des insecticides néonicotinoïdes ».

[2Goulson et al., An overview of the environmental risks posed by néonicotinoïdes insecticides, Journal of Applied Ecology, 2013 et Rapport de l’Agence Européenne de l’environnement, Late lessons from early warnings, p.384 et 385 : http://www.eea.europa.eu/publications/late-lessons-2/late-lessons-2-full-report/late- lessons-from-early-warnings

Union Nationale de l'Apiculture Française - UNAF - 26, rue des Tournelles - 75004 Paris Tel. 01 48 87 47 15 Fax. 01 48 87 76 44 Mentions légales et crédits