Accueil > La pratique de l’apiculture > Que faire en cas de mortalités de colonies ?

Que faire en cas de mortalités de colonies ?

Dépopulation importante, très faible activité, comportements anormaux des abeilles, et dans certains cas des tapis d’abeilles ou de nymphes mortes devant la ruche : tels sont les signes d’une intoxication de colonie.
Comment réagir dans ces cas-là ?

Attention ! Il faut être très réactif !

Il est important d’informer votre syndicat adhérent et le GDSA, qui pourront effectuer des rapprochements dans l’hypothèse de situations similaires sur le territoire, et bien sûr, faire remonter l’information à l’UNAF. Ils pourront également vous donner des conseils en cas de doute.

Et respecter à la lettre le protocole ci-dessous, sans quoi le dossier peut être classé comme irrecevable et annuler toute la démarche.

-* NOTER précisément les observations et informations relatives au rucher et prendre des photos  : nombre de colonies du rucher, nombre de colonies atteintes, nombre de colonies mortes, état des colonies et des abeilles, itinéraire technique du rucher, description du rucher et de son environnement, etc.

-* ALERTER le plus vite possible les services vétérinaires du département d’implantation des ruches (Direction départementale de la protection des populations - DD(CS)PP). Les services pourront alors déclencher une visite de rucher et, selon la situation, des prélèvements et une enquête sur les pratiques agricoles d’utilisation des pesticides dans les champs et exploitations agricoles environnants.

Pour avoir une valeur juridique, les prélèvements pour la recherche de pesticides susceptibles d’être incriminés dans des intoxications, doivent être réalisés ou commandés par l’autorité administrative ou judiciaire.
Ceci après constat, afin d’éviter que les apiculteurs investissent dans des analyses coûteuses et facilement contestables.

Pour les prélèvements, se référer aux fiches techniques « Protocole de prélèvement de matrices apicoles pour analyse en laboratoire » réalisées par l’ITSAP :

L’intervention des services de l’Etat en la matière (DD(CS)PP et SRAL) est encadrée par la Note de service du 14 novembre 2014.

Au terme de cette note, l’intervention de l’Etat est réservée aux cas de Mortalités Massives Aigües des Abeilles (MMAA) définies avec les symptômes suivants :

  • tapis d’abeilles mortes devant ou dans la ruche ou ruches vides ou dépopulation ou non-valeur (moins de 500 abeilles) ;
  • phénomène affectant au moins 20% des colonies du rucher ;
  • ces symptômes doivent avoir un caractère aigu, c’est-à-dire qu’ils sont apparus en quelques jours, voire 2 semaines maximum. Pour les mortalités constatées en fin d’hiver, elles doivent pouvoir être positionnées dans une période précise permettant de définir leur caractère aigu.

Ces critères peuvent être difficiles à évaluer - notamment le caractère aigu dans des situations de mortalités hivernales.
Dans tous les cas et même en cas de doute, nous vous invitons :
1/ à contacter votre syndicat et votre GDSA pour l’informer ;
2/ à solliciter les services de l’Etat pour les informer et leur demander une intervention.

Sources : UNAF et Guide des bonnes pratiques apicoles de l’ITSAP

Union Nationale de l'Apiculture Française - UNAF - 26, rue des Tournelles - 75004 Paris Tel. 01 48 87 47 15 Fax. 01 48 87 76 44 Mentions légales et crédits